13 238 personnes connectées

Si rien n’est fait maintenant, 20 millions d’Africains vont mourir de faim d’ici l’été

Que ce soit dû à la guerre, à la sécheresse omniprésente où à l’effondrement économique de certains pays, la famine guette de nombreux pays d’Afrique. À tel point que d’après le Programme alimentaire mondial, l’organisme d’aide alimentaire de l’ONU, plus de 20 millions de personnes pourraient mourir de faim d’ici l’été. 

Quels pays concernés ?

Au Soudan du Sud, les guerres et l’effondrement de l’économie empêchent les habitants de se procurer des denrées alimentaires. Dans le nord-est du Nigeria, où des millions de personnes ont fui les terroristes de Boko Haram, les commerces et marchés ne suffisent plus à nourrir la population qui dépend fortement d’un système d’aide d’urgence débordé. Enfin, en Afrique de l’Est, notamment en Somalie, une sécheresse frappe sévèrement l’agriculture traditionnelle. Ce sont, au total, 20 millions de personnes qui pourraient mourir de faim, a expliqué Peter Smerdon, directeur-adjoint du Programme alimentaire mondial, à France 24.

 

Le Soudan dans un état critique

Le pays est le terrain de violents combats entre les forces gouvernementales fidèles au président Salva Kiir et les rebelles en soutien de l’ex-vice-président Riek Machar. Le conflit, malgré un accord de paix en 2015, a fait plus de trois millions de réfugiés et déplacés. L’ONU, qui dénonce un « processus continu d’épuration ethnique », redoute un génocide comparable à celui qui s’est produit au Rwanda en 1994.

La hausse des prix de l’alimentation, les difficultés économiques et la mauvaise production agricole sont les effets indirects du conflit. Les prix des produits alimentaires ont doublé, voire quadruplé en un an.

« Quand on atteint l’état de famine, il est déjà trop tard pour de nombreuses personnes. »

D’ici avril, a ajouté le président du Bureau national des statistiques, quelque 4,9 millions de Sud-Soudanais seront en situation d’insécurité alimentaire, et ce nombre devrait passer à 5,5 millions (sur les 11 millions d’habitants du pays) d’ici juillet.

 

Qu’en est-il des enfants ?

Près de 1,4 million d’enfants risquent de mourir de la famine cette année au Nigéria, en Somalie, au Soudan du sud et au Yémen, selon le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef).

Au Yémen, où une guerre civile fait rage depuis près de deux ans, 462.000 enfants souffrent de malnutrition sévère. En parallèle, ils sont 450.000 dans le nord-est du Nigeria, où sévit le groupe Boko Haram.

 

Quel avenir pour ce désastre ?

« Nous pouvons encore sauver de nombreuses vies »

Les agences d’aide étant dans l’impossibilité d’atteindre les victimes, la situation va empirer, souligne l’Unicef. La sécheresse en Somalie a laissé 185.000 enfants au bord de la famine et ils seront quelque 270.000 d’ici quelques mois, a mis en garde l’agence de l’ONU.

Au Soudan du sud, plus de 270.000 enfants souffrent de malnutrition et la famine vient juste d’être déclarée dans certaines parties de l’État d’Unité (Nord) où vivent 20.000 enfants. Au final, 20 millions de personnes pourraient mourir de la famine d’ici l’été.

Le DGS soutient les actions de l’UNICEF et vous invite à faire une donation.