12 640 personnes connectées

5 raisons qui démontrent pourquoi les billets et les pièces devraient disparaître

argent-une Des billets via Shutterstock

Si beaucoup de personnes réalisent d’ores et déjà la majeure partie de leurs achats sans avoir recours aux billets et aux pièces, la monnaie courante est bel et bien toujours présente. Cela dit, certains économistes tendent à dire que les gouvernements devraient la supprimer de notre quotidien. Voici 5 raisons qui vont vous aider à comprendre pourquoi les billets et les pièces doivent disparaître ! 

Bien que nous n’ayons de cesse de nous aventurer vers une société « cashless » (sans cash) depuis environ une décennie, la démocratisation d’un tel modèle économique n’est pas encore à l’ordre du jour. Ainsi, au-delà de l’acceptation du peuple, un tel tournant économique nécessite, entre autres, une volonté politique d’aller dans ce sens appuyée par une sensibilisation à grande échelle du public, le but étant que les consommateurs cessent d’utiliser billets et piécettes pour embrasser les porte-monnaie électroniques. En attendant de convaincre tout le monde, voici pourquoi la monnaie fiduciaire devrait disparaître.

 

1. Ce serait plus efficace

distributeur
Une personne devant un distributeur via Shutterstock

Selon une étude du journal The Economist, chaque personne passe plus de 6 heures par an à chercher un distributeur de billets. De plus, l’Autorité américaine de la sécurité des transports (Transportation Safety Authority) rapportait en 2013 qu’environ 416 000 € sont oubliés chaque année au contrôle de sécurité des aéroports.

 

2. Cela aiderait à déjouer les crimes

pistolet-argent
Un pistolet avec une liasse de billets via Shutterstock

Les criminels en tous genres sont friands de billets pour la simple et bonne raison que ces derniers sont quasi intraçables. De ce fait, supprimer la monnaie fiduciaire au profit des paiements électroniques pourrait permettre d’enregistrer l’ensemble des transactions. Dans la même veine, cela pourrait également bannir les braquages à main armée. Selon des chiffres fournis en 2011 par le FBI, le montant total d’argent dérobé dans les banques américaines la même année s’élevait à plus de 23 millions d’euros.

Enfin, cela pourrait également enrayer de façon non négligeable l’exil fiscal qui coûte chaque année la coquette somme de 2,5 milliards d’euros aux gouvernements du monde entier.

 

3. Ce serait moins cher à fabriquer

pennies
Des pièces via Shutterstock

En 2012, le prix de revient du nickel était équivalent au double de la valeur d’un penny (1 penny $ = 0,078 €). Cela reviendrait donc moins cher de fermer tous les établissements qui produisent de la monnaie et de ne rien faire.

 

4. Cela permettrait des taux d’intérêt négatifs

courbe-bourse
Des courbes via Shutterstock

Par principe, il ne peut y avoir de taux d’intérêt négatifs lorsqu’on utilise de la monnaie physique puisque chaque consommateur a la possibilité de retirer de l’argent et de le garder précieusement sous son matelas. Ainsi, des taux d’intérêt inférieurs à zéro pourraient possiblement encourager les investissements et booster l’économie.

 

5. Les billets, c’est sale !

billet-main
Un homme avec un billet dans la main via Shutterstock

Vraiment sale. Les billets passent de main en main : on vous laisse imaginer le nombre de bactéries présentes sur ces bouts de papier de grande valeur. Par exemple, selon le NYU Center for Genomics and Systems Biology, chaque billet grouille de microbes assimilés à la pneumonie, aux intoxications alimentaires, aux ulcères gastriques ainsi qu’aux staphylocoques. Voilà, voilà…

 

Ces 5 points qui démontrent que notre société se porterait mieux sans billets et sans piécettes sont vraiment intéressants. Au bureau, si certains sont en faveur de la démocratisation des porte-monnaie, d’autres craignent que cela entraîne des dérives et des abus quant à la confidentialité des transactions. Selon vous, la disparition de la monnaie serait-elle bénéfique à notre société ?

Ces articles vont vous plaire

— @DailyGeekShow

En 1950, l’Inde a refusé de participer à la Coupe du Monde de Football parce qu’il fallait porter des chaussures