13 858 personnes connectées

3 raisons d’aller voir Les Figures de l’Ombre, les visages méconnus de la conquête spatiale

Nous sommes au début des années 60. La lutte pour la conquête spatiale fait rage entre l’URSS et les États-Unis. Alors que le satellite Spoutnik 1 gravite en orbite autour de la Terre, la NASA cherche à envoyer le premier homme dans l’espace. Néanmoins, la mission est difficile à concrétiser car elle nécessite des calculs que personne ne peut réaliser. C’est alors que 3 scientifiques afro-américaines vont réussir l’impossible, et ce, alors que le machisme et le racisme sévissent partout dans le pays.


 

 

UN CASTING HÉTÉROCLITE ENTRE GRANDES FIGURES ET ÉTOILES MONTANTES

Possédant un scénario captivant malgré une réalisation très académique, Les Figures de l’Ombre est également porté par un casting très varié. Pour incarner ses 3 héroïnes principales, le réalisateur Theodore Melfi a fait appel à 3 jeunes actrices aussi talentueuses que complémentaires à l’écran (à savoir Taraji P Henson, Octavia Spencer et Janelle Monaé). Trois étoiles montantes qui réussissent l’exploit de porter le film, se montrant à la hauteur du reste du casting qui pourtant compte de grands noms comme Kevin Costner, Kirsten Dunst, Mahershala Ali (récompensé aux Oscars pour son rôle dans Moonlight) ou encore Jim Parsons.
 

 

L’ÉMOUVANT COMBAT DES FEMMES CONTRE LES DISCRIMINATIONS

A la fois plongé dans l’univers de la conquête spatiale et ses « coulisses », Les Figures de l’Ombre est aussi une véritable leçon d’histoire sur grand écran. Il nous rappelle que même si elles ont joué un rôle déterminant dans la réussite de la mission destinée à envoyer un homme dans l’Espace, ces trois femmes ont dû faire face à 2 problèmes majeurs : le machisme d’un milieu à l’époque exclusivement masculin et la ségrégation qui faisait alors rage dans le pays. Ce dernier était d’ailleurs si extrême que les personnes noires ne pouvaient toucher la cafetière des blancs, de même les toilettes réservés aux personnes noires étaient à l’extérieur des bâtiments. Autant d’éléments troublants transposés à l’écran mais qui font également la force du film, d’autant que celui-ci est inspiré de faits réels.
 

 

UNE HISTOIRE MÉCONNUE POURTANT INSPIRÉE DE FAITS RÉELS

Si le lancement de la mission qui envoya John Glenn en orbite est entré dans l’histoire, le fait que ce soit 3 femmes qui y aient contribué est un détail assez méconnu. Longtemps oubliées par les livres d’histoire et la nation, comme le rappelle son titre, Les Figures de l’Ombre met enfin en lumière le travail, la détermination et l’engagement de ces femmes qui ont tout donné pour permettre à la NASA de réussir cet exploit. Si Katherine Johnson (celle qui a calculé les trajectoires de vol) a été décorée par le président Barack Obama en 2015, le film est à la fois un hommage à leur travail, une leçon d’histoire et une reconnaissance à ces femmes sans qui la conquête de l’espace n’aurait peut-être pas vu le jour aux États-Unis.

Ces articles vont vous plaire

icone video

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux