700
partages

10 faits qui prouvent que les experts en vin ne sont pas si doués que ça

700
partages
10-faits-qui-prouvent-que-les-experts-en-vin-ne-sont-pas-si-doues-que-ca-une
Andréa Simoes, le

« Ce vin est gouleyant, d’aspect brillant avec une légère senteur de boise ».  Autant de termes qu’emploient les œnologues pour définir un grand cru. Mais que valent vraiment les avis de ces experts? Voici 10 preuves qui montrent que certains de ces professionnels ne sont pas si doués que ça.

1. Même vin, différentes notes

10-preuves-qui-montrent-que-les-oenologues-ne-sont-pas-si-experts-que-ça-1

Une première étude réalisée entre 2006 et 2009 révèle que dans 90% des cas, les experts ayant bu trois fois le même vin donnent différentes notes.

2. Dupé par l’étiquette

10-preuves-qui-montrent-que-les-oenologues-ne-sont-pas-si-experts-que-ça-2

Une seconde étude réalisée en 2001 révèle qu’en donnant à certains experts le même vin mais avec différentes étiquettes, on obtient des retours surprenants. Le langage utilisé n’est pas le même en fonction de la provenance du grand cru et de son prix. Si le vin chic est considéré comme “complexe” et “équilibré ”, le vin bon marché est alors qualifié de “faible” et “plat”.

3.  Cher ou bon marché ? Vous pourriez aussi bien tirer à pile ou face

10-preuves-qui-montrent-que-les-oenologues-ne-sont-pas-si-experts-que-ça-3

Sur 578 volontaires interrogés lors d’un test à l’aveugle, seulement la moitié est parvenue à faire la différence entre un vin abordable et un grand cru.

4. Le prix influence le plaisir

10-preuves-qui-montrent-que-les-oenologues-ne-sont-pas-si-experts-que-ça-4

Une étude menée par Robin Goldstein réalisée à l’aide de 6 000 tests à l’aveugle conclut que les personnes ayant une formation en vin font le lien entre prix et plaisir. Ce rapport est paru dans le « Journal of the win economics« .
De plus, une analyse menée par le professeur de Prinston Caltech Stanford, suggère que l’activité des neurones dans le cerveau est affectée par le prix que coûte le vin servi.

5. La couleur affecte la perception du goût

10-preuves-qui-montrent-que-les-oenologues-ne-sont-pas-si-experts-que-ça-5

55 experts ont testé deux verres de vins, l’un blanc, l’autre rouge. Ils décrivent le rouge comme « poisseux » et plein de fruits rouges sans savoir que les deux vins proviennent en fait de la même bouteille. La seule différence est qu’un colorant sans saveur a été ajouté à l’un pour lui donner cette couleur rouge.

6. Même la musique peut influencer l’opinion d’un expert

10-preuves-qui-montrent-que-les-oenologues-ne-sont-pas-si-experts-que-ça-6

Une autre étude réalisée par l’université de Heriot-Watt à Edinbourgh constate que dès l’instant où une musique puissante telle que « O Fortuna » de Carmina Burana est jouée, un vin comme le Montes Alpha Cabernet Sauvignon est perçu comme étant 60% plus riche et plus robuste que lorsqu’aucune musique ne passe.

7. Le vin du New Jersey indifférenciable d’un Bordeaux

10-preuves-qui-montrent-que-les-oenologues-ne-sont-pas-si-experts-que-ça-7

Lors d’une dégustation à l’aveugle réalisée en 2012, le vin français, dont le prix s’élève facilement à 650$ la bouteille, a été mis en compétition face à du vin en provenance du New Jersey. Le vin français a gagné face à celui du New Jersey. Mais avec une marge si petite que le professeur Richard Quandt explique que les deux vins sont « statistiquement indifférenciables » l’un de l’autre.

8. Pas d’étiquette, pas d’idée

10-preuves-qui-montrent-que-les-oenologues-ne-sont-pas-si-experts-que-ça-8

Lors de tests à l’aveugle, un vin mousseux à 12$ de Washington est préféré près de deux fois plus qu’un Don Perignon à 150$ la bouteille, si on lui retire l’étiquette.

9. Un escroc s’est fait 1.3 millions de dollars en vendant des contrefaçons de vins très rares

10-preuves-qui-montrent-que-les-oenologues-ne-sont-pas-si-experts-que-ça-9

Rudy Kurniawan a acheté du vin bon marché de Napa Valley et a remplacé les étiquettes par celles de grands crus. Il a ainsi dupé des experts, acheteurs, critiques et actionnaires qui faisaient de gros bénéfices. Il a ainsi pu amasser près de 1,3 millions de dollars avant de se faire arrêter.

10. Un restaurant inexistant a gagné un prix d’excellence

10-preuves-qui-montrent-que-les-oenologues-ne-sont-pas-si-experts-que-ça-10

Le restaurant milanais Osteria L’Intrepido a gagné le prix d’excellence décerné par le magazine Wine Spectator, en Août 2008. Le seul problème est que l’établissement n’existe pas. Il s’agissait en fait d’une ruse imaginée par Robin Goldstein ! Il souhaitait prouver que le magazine distribuait des prix à n’importe qui dès l’instant qu’ils étaient prêts à payer 250$.

 

Après ces 10 exemples, on est en droit d’avoir des doutes sur la véracité des propos de ces « experts ». Qu’à cela ne tienne, à la rédaction nous ne ratons jamais une occasion de nous retrouver autour d’un verre – avec modération bien sûr ! – alors expert ou non, cela ne nous empêche absolument pas de savourer par nous-même un bon verre de vin. Hips ! Et vous, êtes-vous amateurs de boissons alcoolisées ?

700
partages
SOURCE
BUZZ FEED
SUJETS RELATIFS