650
partages

Vous êtes une personne sur dix à déclarer être prête à faire l’amour avec un robot

650
partages
vous-etes-une-personne-sur-dix-a-declarer-etre-pretes-a-coucher-avec-un-robot-une
Corentin Vilsalmon, le

Si les poupées gonflables vous dégoûtent, peut-être que les robots vous repousseront moins ? Une étude a en tout cas révélé qu’une personne sur dix serait prête à faire l’amour avec un robot. Étonnant !

Un panel de personnes a été sondé au mois de février dernier à propos de la place de la technologie dans le futur (aux environs des années 2030) et notamment à propos de ce que nous pourrions faire avec des robots domestiques. Ainsi, sur le panel, 33% des sondés sont prêts à accueillir des robots comme domestiques.

Mais deux autres questions s’interrogent sur l’idée d’une éventuelle liaison sexuelle avec des robots. Les résultats de l’étude, commandée par le Huffington Post américain et l’institut de sondage You Gov, révèlent que, sur l’échantillon de personnes interrogées, 9% parmi les 1000 personnes seraient prêts à faire l’amour avec un robot. Une question surprenante pour une réponse qui l’est encore plus :D ! 11% des sondés se disent indécis mais ne disent pas « non ». Le « Non » catégorique l’emporte tout de même avec 81% des suffrages, mais c’est intéressant de voir que parmi le panel, il y a plus de 20% qui n’y sont pas défavorables.

Le sondage est allé un peu plus loin en demandant au panel si pour eux, faire hypothétiquement l’amour avec un robot pouvait être considéré comme un adultère. Et là les résultats sont un peu plus mitigés : 31% pensent que ce n’est pas un problème et 26% ne peuvent donner de réponse catégorique.

C’est vrai que le sondage est légitime ! On commence à se rendre compte que les robots domestiques ne seront bientôt plus de la science-fiction ! Le sondage met le doigt sur une vraie question éthique qui mérite d’être posée, même si on peut penser que c’est trop fantaisiste et porté sur l’humour. Si on vous avait posé la question, qu’auriez-vous répondu ?

650
partages
SOURCE
JOURNAL DU GEEK