1,5k
partages

À 16 ans, il découvre un moyen 400 fois plus efficace de dépister le cancer du pancréas

1 500
partages
a-16-ans-il-decouvre-un-moyen-400-fois-plus-efficace-de-depister-le-cancer-du-pancreas-une
Jean-Michel Alpin, le

Un jeune américain de 16 ans a découvert une nouvelle façon de dépister le cancer du pancréas ! Moins chère et toute aussi fiable, sa découverte pourrait sauver un maximum de vies une fois utilisée.

Jack Andraka a 16 ans et est scolarisé dans un lycée américain comme n’importe quel autre jeune de son âge. Ce qui fait sa particularité, c’est qu’il a mis au point une nouvelle méthode pour dépister le cancer du pancréas : moins coûteuse, aussi fiable et qui peut être effectuée beaucoup plus tôt que la méthode actuelle de dépistage.

C’est à la suite de la mort de son oncle, trois ans plus tôt, que Jack, ne connaissant pas du tout la maladie, a décidé de faire des recherches dessus. Après avoir parcouru de nombreux sites Internet, il se rend compte que, parmi les 8 000 protéines qui composent et génèrent le cancer du pancréas, il n’est nécessaire que d’en détecter une seule pour avoir un diagnostic fiable : la mésothéline. Mais pour prouver ses théories, il a besoin de faire des expériences. Pour cela, il part à la recherche d’un laboratoire qui pourrait accueillir ses recherches. Au final, sur 200 demandes il a dû essuyer 199 refus.

C’est un professeur de médecine à Baltimore, le docteur Anirban Maitra a bien voulu accepter cette candidature peu ordinaire. Au final, Jack réussit à mettre au point une bandelette qui peut détecter la présence de mésothéline dans le sang du patient. C’est un peu le même principe que ce qu’on utilise pour connaître le taux d’insuline chez les diabétiques. Une petite révolution pour le dépistage du cancer pancréatique puisque selon Jack Andraka, son invention serait 168 fois plus rapide (5 minutes), 26 000 fois moins cher (6 centimes) et 400 fois plus efficace que les tests pratiqués jusqu’à maintenant.

Aucune date de commercialisation n’a encore été annoncée pour l’instant, mais on imagine que cela ne devrait sûrement plus tarder malgré les quelques objections et le scepticisme de plusieurs scientifiques à l’égard de cette découverte. Ceci permettra sans doute de réduire considérablement le nombre de morts dues au cancer du pancréas (celles-ci sont en majorité dues à une prise en charge et une détection trop tardive du cancer). C’est quand même étonnant qu’un adolescent de 16 ans ait pu mettre au point une telle technique. Même si selon lui, ce n’avait rien de plus que de reproduire une « recette de gâteau au chocolat« . Un nouveau prodige de la médecine ?

1 500
partages
SOURCE
LE POINT
SUJETS RELATIFS