2,1k
partages

Le phénomène de mode japonais : devenir une abomination

2 100
partages

Fashion Week oblige, DGS vous invite à découvrir le Bagel Head ou comment donner à votre front l’aspect d’un bagel tout frais. Arrivée du Japon, cette transformation physique fait fureur et compte bien s’imposer comme LE concept beauté de l’année… ou presque. 

Les Japonais sont bien connus pour leurs excentricités. Avant-gardistes en matière d’habillement et de création, ils aiment dénicher les nouvelles tendances à suivre. Mis en exergue en 2009 par le photographe Ryoichi « Keroppy » Maeda, spécialiste de la culture underground japonaise depuis près de 20 ans, le Bagel Head devient peu à peu une pratique en vogue. En quête de sensations fortes et dans une volonté constante de transformer son apparence, les modifications corporelles sont devenues monnaie courante dans certains clubs nippons, des soirées dédiées à ce phénomène y sont même consacrées. Comme le tatouage autrefois associé aux Yakuza, cette pratique réservée aux initiés de ce monde souterrain commence à se répandre à la culture de masse japonaise. 

Le Bagel Head consiste à injecter une solution de saline médicale dans le front du patient. Au bout de deux heures d’opération, votre crâne qui paraît être sur le point d’imploser est prêt à recevoir la touche finale, le coup de maître qui signera l’oeuvre d’art qu’est devenu votre faciès. Une simple pression du pouce au centre de votre tête bombée et voilà le travail, un bagel se loge dans votre crâne. Les effets, de ce que l’on pourrait considérer comme un culte extrême voué à la forme du donut, ne durent qu’entre 16 et 24h, le temps que le produit soit absorbé par votre organisme. Bien sûr, si vous n’êtes pas fan de pâtisseries, d’autres formes tout aussi harmonieuses peuvent vous être administrées dans n’importe quelle partie du corps. Chez DGS en tout cas, on préfère avoir un bagel dans notre assiette plutôt que sur la tête…

Que pensez-vous de cette pratique ?

2 100
partages
AUTEUR
Martin Rousseau
SOURCE
LIKECOOL
SUJETS RELATIFS