12 858 personnes connectées

10 femmes oubliées par les manuels scolaires qui ont pourtant révolutionné la science

Inge Lehmann (1888-1993): Sismologue

Inge-Lehmann-l-hommage-de-Google-a-une-feministe-danoise_reference

Passionnée par les mouvements terrestres, elle étudiait les ondes sismiques émanant de l’autre côté de la Terre, alors qu’elle vivait au Danemark, un pays très calme en termes de catastrophes naturelles. C’est de cette manière qu’elle a pu découvrir le noyau interne de la Terre. Elle a pu arriver à la conclusion qu’au centre de la Terre se trouvait un noyau solide, complétant ainsi les recherches du sismologue allemand Beno Gutenberg qui a démontré en 1930 que la Terre possédait un noyau liquide.

 

Hilde Mangold (1898-1924) : Embryologue

mangold

L’embryologue allemand Hans Spemann, a reçu en 1935 un prix Nobel de médecine pour la découverte de l’effet organisateur dans le développement des embryons. Lors de son discours il n’a prononcé que deux fois le nom de son étudiante Hilde Mangold, alors que c’est sur la thèse de celle-ci que repose la base de ce succès. Elle a réussi en 1920, lors d’expériences, à transplanter un morceau de tissu embryonnaire d’une espèce sur une autre avec pour résultat la formation de jumeaux siamois génétiquement différents. Hilde a ainsi prouvé que l’embryon avait une section de cellules responsables du développement du système nerveux central et de la colonne vertébrale. Malheureusement Hilde est morte suite à l’explosion d’un réchaud à gaz l’année de la publication de son travail scientifique.

 

Elsie Widdowson (1906-2000) : Diététicienne

Elsie-Widdowson

 

Elle a participé à l’élaboration d’un régime utilisé par le gouvernement britannique lors de la Seconde Guerre mondiale, à base de chou, de pommes de terre et de pain avec de la craie. Elle testait les effets de différents minéraux et vitamines sur son propre corps en se faisant des injections. Son travail a jeté les bases de la diététique et est à l’origine de l’idée de l’alimentation saine.

Les services secrets britanniques utilisaient leur sperme comme encre invisible

— @DailyGeekShow